Disney Illusion Island
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 28 Juillet 2023
Résumé | Test Complet | Images
Editeur :
Développeur :
Genre :
Plate-forme
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Non
Test par

Redaction


7.5/10

Rejoignez Mickey et ses amis sur la mystérieuse île de Monoth et sauvez le monde dans Disney Illusion Island.

Mickey est de retour.

C'est un Mickey Mouse à deux faces qui célèbre cette année le 100e anniversaire de Disney. D'un côté, la souris symbole des studios d'animation Disney, absente du cinéma et de la télévision depuis près de vingt ans - si l'on excepte les séries animées, désormais adaptées à un très jeune public. D'autre part, il y a une icône que Disney exploite pour les jeux vidéo, un média dans lequel l'entreprise a miraculeusement recommencé à croire ces dernières années.  Disney Illusion Island sur Nintendo Switch est la première œuvre (dans le sens d'une nouvelle IP) de la société britannique Dlala Studios, connue pour Battletoads sur Xbox, qui marque officiellement le retour de la bonne petite souris en tant que protagoniste, treize ans après Epic Mickey 2. En apparence, l'histoire de Disney Illusion Island n'a pas grand-chose à dire. Elle n'est guère plus un prétexte pour lancer une nouvelle aventure de Mickey, Minnie, Donald et Dingo qu'une véritable raison de s'aventurer sur les terres de Monoth. Les quatre protagonistes se retrouvent dans ce lieu mystérieux dans des circonstances encore plus mystérieuses, invités à un pique-nique par des autochtones qui ont en fait des objectifs bien différents : ils tentent de retrouver les tomes de la connaissance perdus. Ils font alors la connaissance des habitants de Monoth, sympathiques, câlins mais aussi bizarres, qui sont d'emblée présentés comme impuissants face à la menace qui plane sur ce monde.

En bons héros, Mickey et ses amis n'ont d'autre choix que d'accéder à la demande du chef des indigènes, et ils partent donc pour une nouvelle aventure qui, de manière inattendue, est également appréciée pour quelques éléments narratifs intéressants. Les extraits consacrés à l'histoire sont peu nombreux, mais il est néanmoins clair que l'équipe de développement a essayé de créer un récit capable de surprendre. Un rebondissement important, dans les dernières étapes du jeu, amène à repenser l'ensemble de l'aventure sous un angle différent. Ne vous attendez pas à Lost ou Citizen Kane, bien sûr, mais l'histoire est suffisamment enchanteresse et intéressante pour servir de base à un épisode spécial du Monde merveilleux de Mickey Mouse. Le doublage français, qui inclut tous les acteurs des voix des différents personnages, est également un ajout bienvenu à l'œuvre.

Sauter à droite et à gauche.

Après avoir choisi qui incarner parmi les quatre personnages disponibles (il s'agit d'un choix purement esthétique, car il n'y a pas de compétences spécifiques ou de signes distinctifs pour chacun d'entre eux), l'aventure commence à Monoth, et tout de suite les intentions des développeurs deviennent claires. Disney Illusion Island est en effet un pur platformer, où le combat n'existe pas et se résume à des sauts et des bonds dans les quelques combats de boss présents, mais c'est aussi et surtout un metroidvania au level design complexe et réussi, sans jamais être complexe. Il est bon de rappeler que vous ne serez pas confronté à un cauchemar comme Mickey's Wild Adventure, un jeu vidéo en deux dimensions des années 1990 qui hante encore la mémoire de nombreux joueurs en raison de son niveau de difficulté absurdement élevé. Illusion Island, en revanche, s'adresse à un public assez jeune, ou en tout cas à un public de tous âges, et c'est à partir de ce postulat que toutes les considérations sur la construction des cartes, la difficulté générale et le compartiment artistique s'effilochent. L'exploration de Monoth est une grande expérience en soi. Le monde du jeu est rempli de plateformes sur lesquelles Mickey et ses amis courent, sautent et rebondissent pour atteindre de nouvelles zones, toutes reliées par un système complexe, mais pas trop, de couloirs, de tunnels et de passages plus ou moins secrets, dont certains sont inaccessibles au départ.

Comme dans la meilleure tradition des metroidvania, Disney Illusion Island propose également des capacités spéciales, que Mickey & co. obtiennent au fur et à mesure de l'avancée de l'histoire. Après avoir rencontré le sympathique Mazzy, qui semble avoir un penchant pour se moquer du pauvre Donald Duck, les protagonistes apprennent de nouveaux mouvements qui leur permettent d'atteindre des endroits auparavant inaccessibles. La première compétence permet d'effectuer un double saut, puis de s'accrocher à un mur, de nager, de toucher le sol (mais uniquement pour ouvrir de nouveaux chemins et non pour éliminer les ennemis, qui ne peuvent être qu'évités), et ainsi de suite. Il y a au total sept capacités, chacune d'entre elles étant accordée aux protagonistes par le biais d'objets qui semblent être différents mais qui ne cachent en fait aucune particularité. C'est peut-être là le plus gros défaut que l'on peut imputer à Illusion Island, celui de ne pas avoir su donner une véritable identité aux différents protagonistes. Choisir Goofy au lieu de Mickey, par exemple, ne change en rien l'expérience et le gameplay, puisqu'il n'y a pas de capacités spéciales ou de zones accessibles uniquement par un personnage spécifique. Dommage, mais il est probable que Dlala ait opté pour ce choix afin de simplifier la construction du jeu et surtout de faciliter la coopérative disponible jusqu'à quatre joueurs (en local uniquement, un choix absurde mais qui n'est pas nouveau sur la console de Nintendo), qui propose également une aide supplémentaire au cas où les joueurs les moins expérimentés ne parviendraient pas à surmonter certains obstacles.

La bonne aventure, au bon moment..

Heureusement, les contrôles assez réactifs (mais pas parfaits) et la fluidité du jeu, malgré un rythme faible tout au long de l'aventure, aident grandement à apprécier Illusion Island. Sur les quelque six heures nécessaires pour boucler l'histoire, auxquelles il faut ajouter environ quatre heures supplémentaires pour la collecte des nombreux objets à collectionner entre souvenirs (joli easter egg consacré à l'histoire de Mickey, de Steamboat Willie à nos jours), petites cartes, coupures de cartes de Jido, et Glimt (les globes lumineux qui permettent d'augmenter le nombre de cœurs dans la barre vitale), On n'a jamais l'impression d'être dépaysé ou de faire face à des obstacles insurmontables, mais au contraire la courbe d'apprentissage est savamment dosée pour augmenter progressivement la difficulté, malgré le fait qu'il n'y a pas de game over - une fois les cœurs épuisés, les personnages sont renvoyés à la boîte aux lettres la plus proche. Même les combats de boss, certes peu nombreux, reflètent bien ces sentiments. Pas d'affrontement physique, mais beaucoup de plateformes saines qui demandent de l'étude, du positionnement et de la stratégie pour tenter de vaincre l'ennemi. Il y a d'excellentes digressions dans l'exploration continue, qui inévitablement, comme dans toutes les metroidvanias, s'accompagne d'un certain nombre de retours en arrière qui ne sont jamais vraiment étouffants, sauf peut-être à un certain moment où Dlala est allé un peu trop loin. Et tout compte fait, c'est tout ce qu'il y a de mieux. Disney Illusion Island n'est certes pas une œuvre profonde et novatrice, mais elle a réussi le pari de ramener enfin Mickey Mouse dans les jeux vidéo avec une aventure amusante, adaptée à tous les âges et visuellement inspirée.

En pleine modernité et privilégiant la simplicité, surtout dans le domaine graphique, la direction artistique de Dlala a également su répondre à ces exigences, en proposant des character designs dans la lignée de la dernière série animée Mickey Mouse (mais encore plus caricaturaux) et un Monoth stylisé mais toujours caractérisé par des biomes bien définis et colorés, avec quelques joyaux toujours prêts à être découverts. Enfin, la musique de David Housen est surprenante, capable de vous rentrer dans la tête et parfaitement adaptée au contexte. Bref, la direction artistique d'Illusion Island a su capter l'imagerie et le style de l'animation Disney dans ce qu'elle a de meilleur, et la question se pose donc : à quand un jeu vidéo DuckTales de Dlala Studios ? Disney Illusion Island est un platformer metroidvania au mérite considérable, que l'on pourrait sans doute placer en tête d'une hypothétique liste de titres à essayer pour les nouveaux venus dans le genre. Avec son esprit authentique, coloré et adapté à l'âge des joueurs, le jeu de Dlala Studios est un excellent moyen de passer des soirées alternatives en famille ou entre amis. Le seul défaut, outre une réactivité pas toujours optimale des commandes, concerne le manque de courage dans la caractérisation de tous les personnages, un élément qui aurait donné plus de profondeur à une œuvre pourtant promue.

VERDICT

-

Disney Illusion Island est un platformer metroidvania de Dlala Studios, qui marque le retour de Mickey Mouse dans un jeu vidéo après de nombreuses années. Offrant une coopération locale jusqu'à quatre joueurs, Illusion Island propose une aventure amusante dans les terres de Monoth, avec Mickey et ses amis prêts à devenir des maîtres de la plateforme pour aider les habitants de ces lieux. Un titre très agréable et inspiré, même si les développeurs ont manqué d'un peu de courage - en plus de ne pas avoir atteint la perfection dans la réactivité des commandes, un élément fondamental pour un jeu de ce type.

© 2006-2024 PlayAgain.be - Tous droits réservés