Halo saison 1
Plate-forme : Blu-Ray
Date de sortie : 25 Novembre 2022
Résumé | Test Complet
Editeur :
Développeur :
Genre :
TV
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Redaction


7/10

Au 26ème siècle, alors que l'humanité est empêtrée dans une guerre intergalactique contre une menace extraterrestre.

L'humanité s'étend dans l'espace sous le gouvernement de la Terre unie et se heurte à son nouvel ennemi le plus redoutable : l'Alliance théocratique. Une alliance de différentes races extraterrestres qui, dans leur quête des "artefacts", détruisent tout ce qui se trouve sur leur chemin. Seuls les Spartans, des super-soldats surentraînés de l'autorité militaire UNSC, peuvent mettre un terme aux agissements des aliens. Parmi eux, le Master Chief (Pablo Schreiber, American Gods). Mais lorsque ce dernier entre en contact avec un artefact, cela le plonge dans une crise profonde qui le fait douter de son identité et de sa mère adoptive, le Dr Halsey (Natascha McElhone, The Truman Show). C'est le moment inopportun pour une super-arme de partir à la découverte d'elle-même, puisque l'Alliance est sur le point de trouver le "Halo", une arme qui pourrait anéantir l'humanité entière. C'est ainsi que l'on implante l'IA Cortana (Jen Taylor) dans le cerveau du chef afin de le remettre sur les rails - et de lui ôter son humanité.

Lorsque les travaux d'adaptation télévisuelle du jeu de tir culte Halo ont débuté en 2013, on ne se doutait pas que le projet s'étendrait sur neuf ans. En 2022, la série est finalement sortie de l'enfer du développement sous Paramount+, avec un budget de 10 millions de dollars par épisode et une deuxième saison récemment confirmée. Halo, l'histoire d'un super-soldat qui doit partager sa tête avec une IA mal aimée, n'est pas un arcane, mais c'est une adaptation solide d'une franchise emblématique qui ose et réussit aussi à suivre son propre chemin. Le fait que l'adaptation en live action de Halo se soit fait attendre si longtemps est peut-être lié au budget, mais peut-être aussi au protagoniste omnipotent de la franchise : le Master Chief lui-même. Un soi-disant "spartan" (= super soldat) qui ne quitte jamais son casque et qui est principalement conçu pour avoir l'air fantastique dans les cut-scenes et sur les couvertures, tout en offrant peu de potentiel pour le drame. C'est une coquille vide remplie par les gamers. Il n'y a rien de mal à cela, mais une telle coquille vide constitue un obstacle majeur dans un média passif comme un film ou une série. C'est pourquoi le Chief (et d'autres éléments de l'univers Halo) a été remanié afin de faire entrer la franchise dans le moule télévisuel. La colère des fans a été contournée à l'avance en décidant de placer la série dans une chronologie séparée : la "Silver Timeline". Détachés du poids des canons, le showrunner Kyle Killen et Steven Kane osent explorer l'homme sous l'armure. Pablo Schreiber confère au super-soldat de l'UNSC la gravité d'un chef naturel, tout en étant stoïque, mais pas trop acharné. Le chef a un visage et il explore son passé. On lui accorde aussi des sentiments d'affection - quelque chose qui nous semble étrange au début, mais pourquoi pas ? Cette idée n'a jamais vraiment été explorée dans le canon (à l'exception de l'amour évident et platonique pour l'IA Cortana). L'étude du caractère de Chief occupe donc une grande partie de la première saison. Cela a suscité quelques controverses au début - les puristes, en particulier, auront sans doute des objections à faire à tant de ruptures avec la continuité du canon - mais il est difficile d'imaginer que la série fonctionnerait s'il en était autrement.

La première saison de Halo est ambitieuse. Visuellement, la série tire le meilleur parti de son budget et se classe dans la ligue supérieure de la science-fiction par ses valeurs de production. Beaucoup d'efforts sont consacrés à la reproduction des armures des Spartans, des armes, des véhicules et des plis des aliens. Les séquences d'action sont certes utilisées avec parcimonie, mais quand elles arrivent, elles font du bruit. L'épisode 5, en particulier, est considéré comme un modèle absolu de bataille Halo percutante. Il faut reconnaître à la série qu'elle n'insiste pas autant sur l'archi-militarisme que le font les jeux vidéo. De bons soldats intègres qui tirent sur les excréments de fanatiques religieux pour les faire sortir de leur corps d'aliens ? C'est ennuyeux. Au lieu de cela, l'UNSC brille par ses propres erreurs et ses querelles internes. Certaines décisions concernant la réinterprétation de l'histoire (et des personnages) sont certes discutables, mais le fait que les showrunners explorent l'univers Halo sous de nouveaux angles, parfois de manière maladroite, mais toujours avec le sérieux nécessaire, peut être respecté - y compris le risque qu'ils prennent ainsi. Moins d'action, plus d'étude de personnages - tel est le fil conducteur de la saison 1, qui fournit l'ossature de l'univers de Silver pour que les saisons suivantes puissent puiser dans ses ressources. Malheureusement, la première saison ne parvient pas à transmettre un sentiment correct pour la culture spartan - ces super-soldats auxquels Master Chief se sent appartenir et dont l'histoire est la raison de tous ses malheurs. Au sein de la série, il n'y a que quatre Spartans (actifs), la Silver Team, qui courent la plupart du temps sans rien faire dans les baraquements et interagissent si peu entre eux qu'ils peinent à convaincre en tant qu'équipe crédible. Les showrunners ne semblent pas avoir tout à fait compris que la caractéristique principale des Spartans est leur camaraderie vécue. S'ils avaient donné à la Silver Team une dynamique similaire à celle de la Blue Team (l'équipe de Chiefs dans le canon original) ou de la Noble Team (de Halo : Reach), les puristes auraient probablement été plus enclins à apprécier l'adaptation.

VERDICT

-

La première saison d'Halo est une tentative risquée de tripatouiller le canon, d'adapter la formule du FPS et de prendre un cap axé sur les personnages. Avec le robuste Pablo Schreiber, le département du casting a trouvé le Master Chief parfait. Qu'il tire sur des extraterrestres, qu'il veuille tuer sa mère ou qu'il réfléchisse à son existence, on le croit sans peine. De plus, Halo fait partie de ces rares adaptations de jeux vidéo qui ont vraiment quelque chose à raconter. Qu'est-ce qui fait l'homme ? Qu'est-ce qu'une IA ? Qu'est-ce que le libre arbitre ? Et l'original a-t-il plus de valeur que le clone ? Des thèmes pas très originaux, mais néanmoins intemporels, qui auraient certes pu être un peu mieux préparés. La force d'attraction et le potentiel d'une bonne série de science-fiction passionnante avec des valeurs de production haut de gamme sont sans aucun doute présents.

© 2006-2022 PlayAgain.be - Tous droits réservés