Chicago Police Department saison 7
Plate-forme : DVD
Date de sortie : 21 Octobre 2020
Résumé | Test Complet
Editeur :
Développeur :
Genre :
TV
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Redaction


7.5/10

Dirigée par le sergent Hank Voight, l'unité d'élite poursuit son combat pour éliminer les criminels les plus dangereux de la ville.

Chicago Police Department (Chicago P.D. aux USA) est une série américaine créée par Dick Wolf (Law and Order) diffusée depuis 2014 sur NBC aux États-Unis, et depuis 2015 sur TF1. Il s'agit d'un spin off de la série Chicago Fire, cette fois centrée sur l'unité des renseignements du district 21 de la police de Chicago, et qui a connu huit saisons à ce jour (une neuvième a été commandée). Le département est dirigée par le Sergent Hank Voight (Jason Beghe), un policier au sombre passé, et qui a déjà franchi plus d'une fois la limite, ce qui lui a valu de finir lui même en prison. Après le départ à la retraite d'Alvin Olinsky (Elias Koteas) la saison précédente, le vide au sein de l'Unité de renseignement a été comblé. Après l'adieu final d'Antonio Dawson (Jon Seda), prévu pour la saison 7, il a fallu renforcer la distribution. Avec Lisseth Chavez dans le rôle de Vanessa Rojas, elle devient cette fois plus féminine. De plus, avec Paul Adelstein dans le rôle de Jason Crawford et Michael Beach dans celui de Darius Walker, deux stars de la série sont à bord pour de plus grands seconds rôles. Les nouveaux visages peuvent-ils avoir un impact ? Les flics les plus coriaces du département de police de Chicago sont de retour sous la direction de l'implacable sergent Hank Voight (Jason Beghe), les flics d'élite de l'unité de renseignement continuent leur lutte acharnée contre les criminels les plus dangereux de Chicago - si besoin au mépris de toutes les règles. Ces individus arbitraires seront-ils la cause de la perte de l'équipe ? Avec la saison 6, "Chicago P.D." a connu un très bon parcours pour la deuxième fois consécutive, de sorte que les fans fidèles de la série peuvent avoir l'impression que le programme a maintenant atteint exactement le niveau qu'elle mérite et devrait être maintenue. C'est d'autant plus ennuyeux que le début de la saison 7 est cahoteux. La mort inattendue de Brian Kelton (John C. McGinley) a été un excellent point de départ pour la nouvelle saison, car la question de savoir si Hank est vraiment devenu un meurtrier, planait au-dessus des événements. Mais le mystère est plus ou moins dissipé au passage. Un coupable logique a été trouvé, mais l'idée sous-jacente aurait tout de même pu être adaptée à un swing beaucoup plus important. Cette impression de chances manquées est un peu le symbole de cette saison. En fait, Adam Ruzek (Patrick Flueger), qui a pris la défense d'Antonio et doit maintenant faire face à de graves conséquences, était également un élément très enthousiasmant. Mais au lieu d'amener Adam à la limite de ses forces, ce conflit se résout aussi par magie. Même lorsqu'il faut craindre pour la vie d'un membre de l'unité lors de la passionnante finale d'automne, on espérait que la peur et les tremblements seraient nombreux, mais même cela a été presque complètement éliminé.Le fait qu'Antonio, mais surtout Seda en tant qu'acteur de longue date, n'ait pas eu un adieu plus digne s'inscrit dans cette image. Malheureusement, cela se produit hors écran, ce qui est vraiment étonnant à noter.

Les séries policières sont plus destinées à un public plus masculin, mais Chicago est plus féminin cette fois. Bien que Vanessa ne puisse pas encore briller pendant toute la saison, les approches sont définitivement prometteuses. Son passé doit encore être retravaillé, mais si elle peut briller dans des épisodes individuels, c'est surtout grâce à une énorme quantité d'empathie, mais aussi de loyauté. Adelstein dans le rôle de Crawford est en revanche décevant. L'acteur est très expérimenté dans le domaine de la télévision avec des apparitions dans "Prison Break" ou "Private Practice". Au début, il fallait le mettre en scène de manière particulièrement antagoniste à Kelton, mais on ne sait toujours pas qui est vraiment Crawford et ce qu'il représente. Surtout dans la deuxième moitié de la saison, il ne joue presque aucun rôle. Plus impressionnant est le vétéran de "The 100", Beach, qui joue avec Walker un personnage ambivalent similaire à celui de Ray Price (Wendell Pierce). En tant que personnage, il a parfois mis sa patience à rude épreuve, mais il s'est tout de même intégré à la saison de manière significative et sa fin s'est faite violemment mais de manière conséquente. La saison a connu quelques contretemps, où ni l'affaire pénale ni le niveau personnel ne s'accordent bien. Cela est toujours devenu problématique lorsque la compréhension morale de "Chicago P.D." est trop mise à l'épreuve. Cela a toujours été un gros point d'achoppement de la série, donc cela fera probablement partie du profil de la série jusqu'à la fin. On peut souvent voir en la personne de Hank comment il teste les limites de la loi pour son équipe et pour lui-même, même si cela détruit d'autres existences et ne frappe pas toujours que les "méchants". Ce pas est franchi encore et encore sans que Hank n'en tire aucune leçon ou qu'il s'en préoccupe visiblement, d'autant plus qu'il a dû faire des sacrifices pour cette façon d'agir. Il est presque plus triste que Hailey Upton (Tracy Spiridakos) soit également de plus en plus poussée dans cette direction. C'est toujours un personnage avec un cœur mais elle se retrouve souvent dans des situations où il faut aussi remettre en question sa compréhension morale. Cela conduit à des conversations intéressantes avec Hank, mais il n'y a pas de conséquences. A la fin de la saison, c'est la raison d'une série d'excursions de Hailey à "FBI", qui est également produite par Wolf Entertainment. En début de saison, il y a le croisement avec "Chicago Fire" et "Chicago Med", qui s'avère très prophétique cette fois, puisqu'il s'agit d'un virus dangereux. Ça vous dit quelque chose ? Comme toujours, c'est bien que pour les fans qui ne regardent pas les trois séries, les deux autres épisodes soient également inclus dans le coffret du DVD. Un second croisement a lieu avec "Chicago Fire" au n°7.15 Le fardeau de la culpabilité. Les retrouvailles avec Sean Roman (Brian Geraghty), qui a participé à une histoire captivante, sont surprenantes. Il a donc été prouvé une fois de plus que tout le monde travaille mieux ensemble. Cependant, "Chicago P.D." offre également une sortie de saison très forte, qui a dû se terminer deux épisodes plus tôt cette fois-ci en raison de la pandémie de Corona. Mais vers la fin, la série se concentre sur des épisodes aux personnages forts, enveloppés dans des thèmes d'actualité et c'est ce qui a fait la force des saisons 5 et 6.

VERDICT

-

La saison 7 de "Chicago P.D." connaît une baisse de qualité. Les croisements avec les deux séries soeurs sont toujours une réussite, mais cette saison se caractérise aussi par des occasions manquées. Des histoires qui auraient pu être construites de manière palpitante et passionnante se terminent bien trop vite et même un nouveau personnage comme Crawford n'est pas toujours intégré aussi intelligemment qu'on aurait pu s'y attendre. Néanmoins, le plaisir de cette série est loin d'être épuisé, pour cela "Chicago P.D." peut encore bien trop surprendre ; dans un sens positif.

© 2006-2020 PlayAgain.be - Tous droits réservés