F1 2019
Plate-forme : PlayStation 4
Date de sortie : 28 Juin 2019
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Course
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Redaction


9/10

Le jeu vidéo officiel F1 2019 vous met au défi de battre vos rivaux dans le jeu de F1 le plus ambitieux de l'histoire de Codemasters.

Saison 2019.

Pour cette nouvelle saison de Formule 1, le règlement est demeuré assez similaire à celui de 2018, les principales modifications aérodynamiques sont à rechercher sur l'aileron avant qui gagne en largeur et perd ses flaps, alors que les appendices verticaux sont désormais interdits tout comme ceux autour des écopes. Les barge boards sont également moins hauts mais allongés. Ces changements sont censés réduire l'appui et ainsi favoriser le spectacle, c'est-à-dire les dépassements. Côté pneumatiques, le manufacturier Pirelli présente cette fois cinq types de gommes différentes, passant du C1 (pneu dur) au C5 (hyper tendre), sachant que trois choix s'offrent à Pirelli pour la sélection des pneus lors d'un grand prix. Les pilotes doivent garder un train des tendres pour la Q3, et un train des médiums et des durs pour la course, avec obligation d'utiliser l'un des deux. Le format des qualifications n'a pas évolué de son côté, tandis que du côté des écuries, la motorisation de Red Bull passe au Honda après douze années avec Renault. Du côté des pilotes, on notera l'arrivée de Charles Leclerc chez Ferrari en lieu et place de Kimi Raikkonen (qui a fait le chemin inverse), le transfert de Daniel Ricciardo chez Renault F1 Team à la place de Carlos Sainz Jr (parti chez McLaren), la montée de Pierre Gasly chez Red Bull et de Lance Stroll chez Racing Point (ex Force India, racheté par son père Lawrence Stroll). Enfin Fernando Alonso (ex McLaren), Stoffel Vandoorne (ex McLaren), Esteban Ocon (ex Force India), Marcus Ericsson (ex Sauber), Brendon Hartley (ex Toro Rosso) et Sergey Sirotkin ont perdu leur volant pour diverses raisons (départs volontaires ou non). Trois "rookies" sont aussi présents, Lando Norris (McLaren Racing), George Russell (Williams F1 Team) et Alexander Albon (Toro Rosso). Enfin, trois pilotes marquent leur retour, Daniil Kvyat (Toro Rosso), Robert Kubica (Williams F1 Team) et Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo Racing).

Bref, F1 2019 intègre les données de l'année en cours, c'est-à-dire vingt pilotes pour dix écuries, ainsi que le calendrier officiel de la compétition (soit vingt-et-une courses). Si vous n'aviez pas touché à l'épisode précédent, les évolutions en matière de réglementation sont assez perceptibles, néanmoins l'option arcade rend la conduite pour le moins accessible, surtout que les flashbacks y sont illimités. Quoiqu'elle soit le mode, l'intelligence artificielle s'avère encore plus réactive que dans le précédent, et n'hésite pas à chercher l'incident. Chaque voiture présente des avantages et des inconvénients tangibles et uniques, inspirés des performances réelles. Vous pouvez faire un effort herculéen pour vous qualifier dans les trois premiers en utilisant une Renault, mais en course, les Ferrari et les Mercedes sont nettement plus rapides dans les lignes droites, et pas seulement contre vous. Dans les courses plus longues, il y a une bataille à mi-course bien définie, tandis que les six premières voitures restent bien devant. Bien sur, la voiture de sécurité est de la partie et vous pourrez participer au tour de chauffe (avant le départ). Le plus gros ajout de cette année est une toute nouvelle classe de course sous la forme de la Formule 2. Lorsque vous démarrez le mode carrière, vous débutez en tant que recrue dans la classe inférieure à la Formule 1 ... mais avec la saison 2018. Le contenu 2019 de la F2 sera ajouté plus tard dans l'année et Codemasters promet également de mettre à jour les pilotes de F1 en cas de limogeage au cours du break estival (plusieurs d'entre eux semblent sur des sièges éjectables, Gasly et Kubica en tête).

Une carrière étendue.

Malheureusement il ne reste qu'une courte série de trois scénarios, après quoi vous êtes rapidement promu dans la première division et vous pouvez choisir un siège dans une équipe sans restriction. Supposons que vous n'ayez pas terminé trois fois en Formule 2, vous pouvez toujours rejoindre Mercedes ou une autre grande équipe sans aucun souci. Il est dommage que l'on n’y ait pas accordé plus d’attention, l'idée est vraiment excellente, mais l'effet nous laisse somnolent. Il aurait été préférable de laisser aux joueurs le choix de savoir si leur performance dans la F2 aurait un impact sur le dernier siège qu'ils ont pu obtenir, de manière à ce que tout le monde réussisse. La rivalité entre votre coéquipier et les autres recrues promues en F2 constitue un ajout intéressant au mode Carrière. La compétition était bien sûr déjà présente en 2018, mais l'effet est bien meilleur cette fois-ci. Parce que vous êtes également clairement informé de la performance de vos concurrents et qu'ils vous répondent également, votre carrière sera beaucoup plus intéressante et le restera plus longtemps. Une conséquence logique de la présence de la Formule 2 est que les pilotes changent également de sièges. Vous avez donc bien sûr la possibilité de vous asseoir dans une meilleure équipe (bien sûr, si vous n'êtes pas immédiatement dans une Ferrari ou une Mercedes). Cela rend également le mode beaucoup plus dynamique, car il y a simplement beaucoup plus à expérimenter. Il y a certes quelques points à améliorer, mais cela donne beaucoup de confiance pour ce que nous pouvons attendre de ce jeu à l'avenir.

Le mode carrière s'avère davantage scénarisé que par le passé et vous devez y relever quelques défis afin d'attirer l'attention des équipes de F1. Vous remporterez des points après avoir pris l'ascendant sur votre coéquipier, ce qui permettra d'obtenir un meilleur contrat par la suite. Répondre aux questions des médias après la compétition offre une bonne petite intrigue scénarisée et vous met au défi de choisir votre personnalité. Les options de recherche et de développement rappellent quant à elles celles d'un jeu de rôles et vous permettront d'améliorer votre bolide au fil de la saison. Le système d'évolution s'articule autour de la réalisation de tâches pratiques, suivies de courses qualifiantes et gagnantes pour remporter des points de recherche et de développement nécessaires à l'évolution de votre monoplace. En plus de cela, il faut se méfier des changements de réglementations au fil des années ou de l'état de la R&D que vous retrouverez si vous changez d'équipe. L'arbre de R&D comporte cinq thématiques, à savoir châssis, longévité, aérodynamisme, chaîne motrice et compétences. Évidemment, il est possible que vous ne retrouviez pas de corrélations entre le résultat en piste et celui prévu par vos ingénieurs, mais cela arrive fréquemment dans la réalité. A noter que les voitures classiques sont de retour, parmi elles nous retrouvons la Lotus 72D de 1972, la McLaren MP4/4 de 1988, la Williams FW18 de 1996 ou encore la Red Bull RB6 de 2010. De plus, l'édition Legends de F1 2019 intègre la McLaren MP4/5B et la Ferrari F1-90 de la saison 2010. Certaines des voitures les plus anciennes ne sont cependant pas assez sauvages. D'une certaine manière, elles se conduisent comme des F1 modernes avec un peu moins d'adhérence, des vitesses plus faibles et des niveaux de puissance inférieurs. Le principal problème que pose l'élargissement de la collection de véhicules classiques est le sentiment d'une opportunité manquée, car il n'y a que des circuits modernes pour les faire courir. Où sont Jerez, Brands Hatch, Magny Cours, Adelaide ou le Hockenheim original ?

Un épisode complet.

Le jeu débute avec le nouveau thème officiel de la Formule 1, il y a des étincelles visibles lorsque les concurrents heurtent la route, un léger claquement se produit lorsque le volet DRS s'ouvre, l'embrayage est engagé et les vrais pilotes sont reproduits de manière reconnaissable. L'inclusion du dispositif de sécurité Halo (qui divise) impose une vue cockpit obstruée et étrange, sans compter que votre vue des rétroviseurs extérieurs est pratiquement inexistante. Naturellement, F1 2019 compose toujours avec le Drag Reduction System (DRS), un mécanisme qui vous permet d'ajuster votre aileron arrière pour obtenir un boost qui augmente la vitesse jusqu'à 10 km/h. Le dispositif s'utilise à certains endroits du circuit et facilite les dépassements. L'Energy Recovery System (ERS) est le système de récupération d'énergie qui regroupe deux systèmes hybrides distincts, à savoir le MGU-K (Motor Generator Unit Kinectic), un KERS plus évolué (il récupère l'énergie cinétique générée lors des freinages), et le MGU-H (Motor Generator Unit Heat) qui récupère l'énergie de la chaleur de l'échappement. Le pilote ne l'active pas directement, puisque c'est géré par l'électronique et les cartographies moteurs choisies par les ingénieurs. F1 2019 permet de se servir au mieux de l'ERS en choisissant entre cinq niveaux différents de déploiement de l'électricité, parallèlement aux débits de carburant, qui affectent les performances. De base, toutes les assistances à la conduite sont activées, de même que des flèches indiquant la trajectoire idéal à prendre sur la piste.

Vous aurez le choix entre le weekend abrégé (15 minutes d’essais, un tour de qualification et 25% de la durée réelle de la course), le weekend normal (30 minutes d’essais, qualifications courtes, course de 50%) et enfin le grand weekend qui correspond à la réalité. La consommation d'essence (110 kg maximum par Grand Prix) n'a pas beaucoup d'incidence sur la course, et si vous tombiez en panne, il sera malgré tout possible de rallier les stands à temps. Parmi les autres modes, vous retrouverez de la Course rapide, du contre-la-montre, ou encore une saison pro (un mode réaliste avec vue imposé et l'absence totale d'indication à l'écran ainsi que d'aides à la conduite). PS4 oblige, il est bien sur possible de jouer sur PS Vita via la fonctionnalité Remote Play, et le résultat est plutôt plaisant dans l'ensemble, du moins avec les assistances électroniques activées (sans l'absence de deux gâchettes est plus délicat). En ce qui concerne le pilotage des voitures, F1 2019 se présente comme une version plus raffinée du jeu précédent. La maniabilité a légèrement évolué vers la simulation, ce qui rend un peu plus difficile le maintien de la voiture sur la piste et exige donc plus de votre part en tant que pilote. Votre voiture vacille et se faufile à travers les chicanes, vous pouvez voir les pièces de suspension individuelles réagir et le retour de force a augmenté. Vous devez traiter certaines bandes rugueuses avec respect, sinon vous aurez des problèmes. En conduisant avec une roue, l'expérience est beaucoup plus physique. Si vous avez des dégâts ou un niveau de difficulté plus élevé que d'habitude et que vous commencez à rêver, l'erreur inévitable mettra fin à votre course. L'intelligence artificielle de vos camarades conducteurs semble également s'être beaucoup améliorée.

Une réalisation qui progresse.

Techniquement parlant, F1 2019 est toujours propulsé par le moteur EGO, bien que dans un état fortement retravaillé et amélioré. Les environnements sont conformes aux modèles existants, les effets météo se montrent très réalistes (la météo est dynamique) et la modélisation des monoplaces s'avère irréprochable. Le graphisme apparaît relativement réaliste dans l'ensemble et F1 2019 fait indéniablement un bond en avant depuis l'épisode précédent, ce qui est particulièrement visible dans les conditions météorologiques défavorables et les courses du soir : L'éclairage est beaucoup plus réaliste que l'an dernier et cela change beaucoup de chose. Dans une course de jour ensoleillée, nous voyons encore peu de différences et F1 2019 ne peut pas rivaliser avec Forza et Gran Turismo dans ce domaine, mais il est certainement pas un jeu laid. Une belle addition est que cette année le jeu utilise également le design tel que nous le voyons à la télévision, ce qui le rend un peu plus réaliste. Le jeu grimpe en 4K upscalé (60fps) sur la PS4 Pro. La sensation de vitesse se montre efficace, notamment en caméra TV, l'effet d'aspiration un peu moins. Lorsque l’on débute une partie, les assistances au pilotage sont activées par défaut, ce qui entraîne un pilotage extrêmement enfantin. À dire vrai, vous n’avez qu’à appuyer sur l’accélérateur et diriger la monoplace, sans vous soucier d’autre chose. Bien évidemment, tous ces subterfuges pourront être désactivés et la conduite en sera bien différente.

Les modes de jeux s'avèrent très complets en solo, et en ligne, il est possible de jouer jusqu'à vingt. On y retrouve plusieurs modes de jeux rapides afin de diversifier vos sessions sur Internet et on appréciera particulièrement l'option conditions réelles qui vous fait revivre le dernier grand prix disputé. Comme à l'accoutumée, vous pouvez gagner de l'expérience grâce à de bons résultats, monter dans le tableau général et jouer des courses classées ou non classées. Le mode multijoueur a également été traité et nous voyons dans le menu un véritable onglet eSport dans lequel les matchs et les rétrospectives peuvent être visionnés. Il est incontestablement fait pour que la branche du sport électronique soit mise en avant, mais nous pensons que c'est un ajout très bienvenu. En outre, vous pouvez désormais concevoir votre propre voiture en mode multijoueur et ainsi rivaliser sur le Web.  La cote de sécurité, qui est basée sur la propreté de votre course, et une évaluation basée sur la qualité de votre course dans les épreuves classées, est toujours de la partie. C'est un système très similaire à GT Sport, l'objectif étant d'éradiquer les joueurs en ligne qui semblent se heurter à vous à chaque occasion disponible. En pratique, le jeu vous pénalise d'avoir frappé en ligne d'autres joueurs par derrière. L'absence d'un mode multijoueur en écran splitté est toujours préjudiciable cela étant. Niveau bruitages, les moteurs ronronnent bien, tout le contraire des commentaires, certes en français, qui brillent par leur absence pendant les courses. On a connu plus télévisuel et il faudra se contenter de la présentation de la course par une voix off.

VERDICT

-

F1 2019 s'avère très réussi et offre un bon équilibre entre arcade et simulation. La réalisation technique progresse également, notamment dans la gestion de l'éclairage. Pour de nombreux fans, le simple fait que les nouvelles voitures 2019 soient dans le jeu sera une raison suffisante pour acquérir cet épisode, mais heureusement, Codemasters a impulsé suffisamment de changements pour justifier un achat, il ne sera pas surprenant de dire que c’est le meilleur et le plus complet des jeux de Formule 1 de l'éditeur britannique depuis dix ans.

© 2006-2019 PlayAgain.be - Tous droits réservés