Moriarty tome 1
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 22 Juin 2018
Résumé | Test Complet | Images
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Redaction


8/10

Scénario : Ryosuke Takeuchi
Dessin : Hikaru Miyoshi
d'après l'œuvre de Conan Doyle

Moriarty (Yuukoku no Moriarty) est une série toujours en cours de parution au Japon et qui a connu sept tomes à ce jour aux éditions Shueisha. Chaque héros a son méchant. Et bien que, dans un certain sens, Sherlock Holmes ne soit pas un héros, il a aussi son ennemi juré, James Moriarty, le seul intellectuel capable de rivaliser avec le génie de Baker Street. Cette histoire est celle d'un mythe réinventé, avec Moriarty en tant que protagoniste principal, et explorant sa motivation à devenir le plus grand criminel que la Grande-Bretagne ait jamais connu. La trame commence par la scène la plus classique des affrontements entre Sherlock et son rival: le combat final au sommet des chutes de Reichenbach, lieu de la mort du professeur et qui était destiné à être également la tombe de Holmes. Le scénario de Takeuchi tente d’accorder la notoriété que mérite Moriarty, en séparant son ennemi juré de ce moment, et en utilisant la ressource de flashback pour commencer à nous révéler les origines d’un Britannique aussi mystérieux. Nous étions alors dans l'Angleterre de 1866, l'un des moments les plus importants pour l'empire britannique dans son histoire. Le monde colonial et la révolution industrielle étaient à leur apogée et, dans la société britannique, on pouvait déjà voir, dans toute sa dureté, cette hiérarchie de classes si extrême qu'elle régissait depuis toujours ses relations internes et externes, ce sentiment de supériorité de quelques-uns. La vie dans l'Angleterre du XIXe siècle n'était pas facile à moins d'être de noble lignée, un pourcentage ridicule de la population. Tout dans la vie d'une personne était déterminé par sa lignée, par sa couche sociale, et les frontières entre les classes étaient insurmontables, favorisant ainsi une discrimination insurmontable.

Dans ce contexte, nous connaissons la figure d’un très jeune Albert James Moriarty, le premier-né de la famille Moriarty, une famille londonienne à la longue tradition aristocratique. Cependant, malgré ses origines, les valeurs et la corruption de la société dans laquelle Albert vit le repoussent et le fait de voir chaque jour les injustices provoque en lui un désir intense de changement. Ces angoisses de la révolution verront un jour la possibilité d’être comblé lorsqu’il rencontrera et adoptera dans sa maison deux petits orphelins, qui deviendront à partir de ce moment-là ses frères et sa vraie famille. Ensemble, ils décident de mettre fin aux injustices qui minent la société britannique, à commencer par la famille de Moriarty. L'un de ces deux garçons, William James Moriarty, prouve qu'il possède un intelligence incroyable, un phénomène jamais vu auparavant. Et ce garçon est notre protagoniste, le Moriarty que nous connaissons tous. Après avoir commencé à s'intéresser aux origines du personnage et à fournir des outils et des faits suffisants pour avoir la motivation de survivre à l'avenir dans "Napoléon du crime", le scénario franchit un nouveau bond en avant jusqu'en 1879. Là, les trois frères Moriarty se sont installés dans une zone plus discrète du paysage anglais, un lieu d’aristocratie décadente où ils ont essayé de jeter les bases de leur plan visant à balayer la hiérarchie des classes sociales. De cette manière, la nouvelle famille Moriarty tentera de gagner les faveurs des classes inférieures, démontrant ainsi qu’une autre noblesse est possible, réalisant ainsi un "travail" pour leur projet. Un plan qui se caractérise précisément par la dualité, avec William James lui-même à la tête, étant un professeur universitaire renommé en mathématiques même au début de sa vingtaine, mais réalisant dans l’ombre le travail qu’il aime vraiment : conseiller en crime.

Le mystère et le manque de données, le secret avec lequel Conan Doyle a toujours traité la figure de Moriarty, ont toujours permis une grande souplesse d'utilisation. Takeuchi fait un mouvement magistral en ce sens, sachant donner au personnage un contexte et des motivations crédibles tenant compte de son époque et lui donnant toute la notoriété que Holmes a toujours volée. Moriarty est la version négative de Holmes, et cela se voit, puisque dans les chapitres de ce tome, nous verrons une façon de se comporter similaire à Sherlock, mais en concentrant ses efforts sur le crime lui-même et non sur sa résolution. Ou du moins pas tout à fait, car le travail, élaboré du point de vue des "méchants", donne suffisamment de raisons de comprendre le plan Moriarty et suggère que tout ce qui est fait est fait dans le seul but du bien commun. Une mission louable que la famille Moriarty utilise comme un bouclier pour justifier ses crimes. Moriarty nous est présenté comme une personne d'un grand charisme, une sorte de Robin des bois, un infiltré dans la noblesse qui vole les riches pour aider les pauvres. Cependant, il y a quelque chose de plus sombre dans les plans de James, et c’est que sous sa gentille façade se cache cette facette de consultant du crime qui, comme il s’est passé avec Sherlock, semble le pousser à chercher des excuses pour réaliser son crime parfait tant attendu. Ainsi, dans ce premier volume, nous pouvons déjà voir le rythme narratif que Takeuchi veut donner à l’œuvre, avec le fil conducteur de la famille Moriarty et ses alliés (quelques personnages directement issus des romans, tels que Sebastian Moran, professeur de droit) entamer une lutte de classe sanglante, mais qui est structurée en chapitres auto-conclusifs dans lesquels se forme progressivement le réseau criminel de Moriarty. La famille Moriarty entretient des relations avec des personnes appartenant aux classes inférieures qui ont subi une forme de discrimination ou d’abus de la part des puissants, et qui sont chargées non seulement de résoudre le mystère, mais également de rendre la justice finale. La chose intéressante dans tout ce processus réside dans la construction de ces crimes, dans les jeux d’esprit et d’intelligence qui amènent les Moriarty à découvrir «le gâteau» derrière l’affaire qui leur est confiée et comment ils parviennent à ce que leurs victimes s’effondrent et se prosternent.

Une manière infaillible de gagner l'admiration et la loyauté des personnes qui leur viennent en aide et qui voient en elles une lueur d'espoir pour se sortir de la situation d'abus dans laquelle elles se trouvent. Mais aussi une façon d’agir qui propose un débat moral intéressant sur ce qui est bien ou mal, sur ce qui est vraiment la justice ou si, dans des situations désespérées, vous devez appliquer des mesures désespérées. Cependant, le problème le plus important pour le moment, vient du fait que les actions des Moriarty ont peu de caractère criminel mais évoquent plutôt celles d'un justicier. Il ne fait guère de doute sur le fait que les victimes méritent vraiment ce traitement, car elles sont mesquines, égoïstes et il est clair que, sans l'intervention de Moriarty et de sa compagnie, elles continueraient à traiter les classes inférieures comme des ordures. L'aristocratie est totalement déshumanisée et ils nous apprennent peu de choses sur leurs motivations, contrairement à Moriarty, dont le plan et la pensée sont détaillés et cohérents. Dans la partie graphique, Hikaru Miyoshi réalise un travail que l’on peut qualifier d’élégant. C'est un style qui se heurte d'une certaine manière à l'image que nous avons de Moriarty et de l'univers de Conan Doyle, mais qui correspond parfaitement à un contexte de l'Angleterre victorienne. Le trait est fin et net, assez détaillé dans la conception des personnages, mais néanmoins quelque chose de standard et quelque peu répétitif est noté. Malgré cela, le pouvoir visuel de certaines scènes est assez manifeste, et un travail efficace a été effectué pour mettre en avant les différentes couches sociales, alors que les personnages principaux dégagent ce charisme et ce magnétisme que le scénario leur donne également.

VERDICT

-

Moriarty est une œuvre intéressante à partir du moment où elle soulève le point de vue de l’ennemi juré de Sherlock Holmes, évoquant ses origines et ses motivations pour devenir le génie du crime que nous connaissons tous. La représentation de la société de classe britannique est également un point à prendre en compte, car l'utilisation de ce contexte se marie parfaitement avec l'original qu'a créé Conan Doyle. C’est un manga facile à lire, en particulier grâce à sa structure en chapitres auto-conclusifs, qui ravira les fans du personnage ou du monde de Holmes, ainsi que ceux qui aiment les débats pleins de suspense, de mystères et de luttes intellectuelles.

© 2006-2019 PlayAgain.be - Tous droits réservés