Metal Gear Survive
Plate-forme : PlayStation 4
Date de sortie : 22 Février 2018
Résumé | Test Complet
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Redaction


7/10

Konami explore de nouveaux horizons dans la célèbre série Metal Gear, avec une approche originale de l’infiltration nommée Metal Gear Survive.

 

Un changement de formule.

Metal Gear Survive prend place six mois après les événements décrits dans Metal Gear Solid V : Ground Zero et donc avant Metal Gear Solud V : The Phantom Pain. Nous sommes donc en 1975 et le héros n'est pas Big Boss, mais un simple soldat qui s'est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. En effet, d'étranges trous noirs d'origine inconnu viennent d'apparaître dans le ciel, aspirant une partie de votre unité ainsi que votre bras droit. Un certain "Goodluck" vous propose de participer à une expédition afin de savoir ce qui s'est passé et de retrouver vos camarades emprisonnés dans un monde parallèle appelé Dite. Vous avez été choisi car en tant que porteur d'un étrange virus, vous avez la possibilité de vous régénérer, une compétence très utile dans cet univers sombre, hostile et désertique, où évoluent des menaces biologiques (à commencer par des zombies). Le gameplay semble proche de Metal Gear Solid V, mais un aspect survie fait son apparition. Outre l'ennemi dont on ignore encore la réelle nature, votre personnage devra fréquemment étancher sa faim et sa soif, maîtriser son endurance et contrôler son oxygène. Différents indicateurs apparaissent à l'écran et votre droïde assistant n'aura de cesse de vous avertir de surveiller votre santé. Mais sur Dite, il est difficile de bien se nourrir, excepté en chassant. Quant à l'eau, elle est souvent d'une bien mauvaise couleur, ce qui promet quelques soucis gastriques par la suite (des soins sont possibles). L'arsenal est logiquement moins impressionnant que dans MGS V et de nombreuses armes devront être fabriquées dans le jeu (une fois leur plan et les bons matériaux collectés).

Les armes blanches accompagneront ainsi l'exploration de ces paysages désertiques déformés, où la visibilité est souvent très mauvaise (on se croirait dans Silent Hill) à cause d'un profond brouillard. Plusieurs survivants seront à retrouver, de même que des portails de téléportation pour aller plus rapidement d'un point à l'autre de la carte (le jeu prend place dans un monde ouvert), mais c'est surtout la collecte des kubans qui occupera l'essentiel de votre temps. Cette ressource permet de créer tous les objets du jeu, de regagner de l'oxygène, mais aussi de grimper en niveaux (en l'échangeant). L'approche furtive est toujours de mise, mais les armes lourdes seront utiles lors des assauts des ennemis au sein d'immenses structures à moitié construites. Il sera vital de protéger le reste de la base de vagues d'ennemis de plus en plus nombreuses. Pour ce faire, vous pourrez construire différents moyens de défense (mur, miradors, tourelles, etc). En ligne, le jeu propose un mode zombie survival où les joueurs pourront combattre en équipe, jusqu'à quatre joueurs, une horde de zombies. Et c'est là qu'on constate le déséquilibrage de MGS : Il est possible de passer à la volée du mode solo au multijoueurs, les ressources étant communes aux deux modes. Il est ainsi beaucoup plus simple de gérer les besoins des soldats, surtout que les jauges de faim et de soif déclinent moins rapidement en coopération ! Une seule chose impose de rester sur le solo, les cartes disponibles car elles devront être débloquées durant la campagne. Vous disposez néanmoins de la possibilité d'envoyer une équipe en exploration, mais pas tout le temps.

Une réalisation qui évolue ?

Metal Gear Survive tourne sur le moteur Fox Engine et cette édition PS4 affiche un graphisme relativement convaincant (mais en 900p), une animation globalement stable (en 60 images par seconde), des effets spéciaux bien gérés (notamment l'éclairage et la pluie), et un cycle jour/nuit très convaincant. En revanche, les ennemis manquent encore de variété, et leurs visages ne sont pas toujours très détaillés. D'un point de vue général, Survive ne montre toutefois pas beaucoup d'améliorations depuis The Phantom Pain, il est vrai que les décors sont fatalement beaucoup moins variés dans un pareil monde désertique. La prise en main reste globalement fort accessible, et l'inventaire plutôt opérationnel. L'aventure promet de longues heures de jeux, la campagne occupera une vingtaine d'heures, sans compter les nombreuses missions secondaires et les quêtes apparaissant une fois la trame principale terminée. Le matchmaking n'est pas très efficace de son côté, puisque des joueurs de tous niveaux sont lancés dans la compétition simultanément.

La musicalité est incontestablement l'un des points forts de la saga Metal Gear Solid. Les thèmes de cet opus ne déméritent pas, tandis que le doublage anglais est très immersif. De nombreux thèmes sont abordés et l'on se croit parfois dans la saga Terminator, ce qui confère à MGS un aspect philosophique si cher à Kojima. PS4 oblige, il est bien sur possible de jouer sur PS Vita via la fonctionnalité Remote Play, et le résultat s'avère assez efficace. La compatibilité PS4 Pro permet quant à elle de profiter d'une résolution de 1440p. A noter que les micro-transactions sont très présentes et permettent d'acheter des jetons qui peuvent donner des bonus mais aussi agrandir l'espace de son inventaire. Il est aussi permis de payer pour disposer de plusieurs groupes à envoyer en missions d'exploration afin de collecter plus rapidement des ressources.

VERDICT

-

Metal Gear Survive est un bon spin off. Le gameplay reprend essentiellement celui de MGS V et l'expérience proposée ne manque pas de challenge, notamment en solo. La réalisation technique apparaît convaincante, mais le soft comporte à l'heure actuelle de nombreux problèmes d'équilibrage, rendant la progression un brin frustrante. En ligne, le mode coopération est sympathique, mais lui aussi perfectible.

© 2006-2018 PlayAgain.be - Tous droits réservés