Danganronpa V3 : Killing Harmony
Plate-forme : PlayStation 4
Date de sortie : 29 Septembre 2017
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Aventure
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Redaction


8/10

Danganronpa V3: Killing Harmony vous propose une toute nouvelle aventure dans le monde de Danganronpa.

Il était une fois.

Lancée en 2010 sur PSP au Japon, la série Danganronpa a seulement fait ses débuts en Europe en 2013 à travers un portage PS Vita du premier volet de la saga. Avant le lancement de cet opus inédit Danganronpa V3 : Killing Harmony, Spike Chunsoft nous a proposé en mars dernier une compilation nommée Danganronpa 1&2 Reload réunissant les deux premiers volumes de la saga sur PlayStation 4. Le concept n'a pas changé, et le jeu vous permet cette fois d'incarner Kaede Akamatsu, l'une des seize nouveaux élèves invités à intégrer l'Académie des Prodiges Condamnés. Les adolescents découvrent qu'ils sont prisonniers de l'établissement, contrôlé par Monokuma, un mystérieux ours meurtrier. Ce dernier force les élèves à s'affronter, et promet la liberté à ceux qui parviennent à tuer l'un d'entre eux sans se faire prendre. Si le tueur est découvert, il sera condamné à son tour. Pour sauver votre peau, vous devrez donc enquêter sur les multiples crimes qui vont se dérouler dans l'école et vous attirer les faveurs des autres élèves pour leur tirer des aveux. A l'instar d'un Phoenix Wright Ace Attorney, vous devrez collecter de précieux indices, et lorsque vous serez sur la bonne piste, vous pourrez faire éclater la vérité grâce à différents systèmes de jeu basés sur le timing et les réflexes. L'aventure sombre rapidement vers la peur et la paranoïa, et chaque protagoniste semble dissimuler de lourds secrets. Difficile de véritablement faire confiance à quelqu'un, sans compter que l'infâme Monokuma sert de juge, de jury et de bourreau dans ce jeu mortel. Il discute avec tous les suspects, dissèque leurs affirmations et retourne leurs déclarations contre eux pour révéler leurs mensonges. Pire, Monokuma n'est désormais plus seul, l'ours ayant cinq enfants appelés les Monokumers. Monophanie, Monotaro, Monokid, Monosuke et Monodan n'ont pas fini de semer la zizanie au sein du lycée, dont l'environnement deviendra de plus en plus accessible au fil de l'aventure.

Bref, chaque chapitre débute par un meurtre à résoudre (voire plusieurs), et la phase d'exploration laisse une grande liberté de déplacement tout en sachant qu'à partir de 22h, le jeu bascule en horaire de nuit et propose forcément moins d'action. Vous pourrez également collecter des pièces dissimulées dans les décors, qui permettront d'acheter des cadeaux à vos camarades de classe pour vous attirer leur sympathie, mais aussi d'accéder à de nouvelles aptitudes lors des procès. Durant cette phase, les indices accumulés sont représentés par des balles pour un pistolet à barillet. Ces projectiles seront utiles pour casser les arguments du camp adverse, et parfois il faudra choisir entre plusieurs réponses possibles, comme la pratique le veut dans ce jeu d'aventure. Danganronpa 3 intègre désormais la notion de parjure, ce qui sacrifiera quelque peu votre santé mais peut vous sortir d'un mauvais pas, notamment lorsque plusieurs personnages parlent en même temps et créent de la confusion (le nouveau mode panique). De nouveaux mini-jeux sont également proposés, notamment le démineur d'indices ou le psycho taxi (!), tout en sachant que le temps est limité durant ces phases, beaucoup plus que dans les précédents opus.

Une réalisation à la hauteur ?

Sur PS4, la réalisation technique de Danganronpa 3 n'apparaît comme le nec plus ultra, il faut en effet noter que le jeu est également disponible simultanément sur PS Vita. On constatera un léger lissage de l'image et une montée en résolution appréciable (bien que les illustrations manquent parfois de netteté). Heureusement, les personnages très typés manga (merci le cel shading) sont réusis et les émotions s'avèrent très bien rendues. Le character design signé Komatsuzaki Rui toujours aussi exhaustif et excentrique, et le titre profite de quelques cinématiques animées très réussies. Les déplacements sont assez restreints puisqu'on ne dirige les personnages que dans des couloirs prédéfinis, et il est regrettable que le pavé tactile de la DualShock 4 ne soit pas géré, la navigation au stick étant moins confortable. Armé d'une mise à scène irréprochable, Danganronpa 3 dispose de répliques de premier choix et l'arrivée d'une localisation en français est une bonne nouvelle. La traduction n'est pas exempte de coquilles, mais il s'agit d'une première étape intéressante, sachant que les plaisanteries sont en effet très nombreuses, tout comme les allusions sexuelles (d'où la classification 16 +).

La bande son suit le même chemin avec une ambiance à l'unisson de l'action à l'écran, avec des thèmes remarquables signés Masafumi Takada. Les doublages américains sont plutôt réussis, et il est possible de passer les dialogues en japonais. La qualité d'écriture de Danganronpa est l'une des forces de la série, mais la difficulté demeure bien présente, et réserve cet ovni japonais aux plus expérimentés. Une fois dans le bain, il est en effet difficile de décrocher. L'aventure intègre six chapitres et un prologue, de quoi assurer près de quarante heures de jeu, c'est beaucoup plus qu'à l'accoutumée et le déroulement de l'histoire est moins linéaire de facto. Bien sur, la compatibilité Remote Play est de la partie pour jouer sur PS Vita.

VERDICT

-

Danganronpa 3 est un jeu d'aventure type "visual novel" particulièrement retors et loufoque. La formule n'a pas vraiment évolué dans cet opus, mais les enquêtes sont désormais beaucoup plus fournies. On pourra par contre regretter un lifting graphique un peu léger sur PlayStation 4 et une traduction française n'ont sans défaut. Mais pour une production indépendante, Danganronpa 3 ne manque pas d'arguments.

© 2006-2017 PlayAgain.be - Tous droits réservés