Paper Mario : Color Splash
Plate-forme : Wii U
Date de sortie : 07 Octobre 2016
Résumé | Test Complet
Editeur :
Développeur :
Genre :
RPG
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Redaction


8/10

Après quatre ans d'absence, la série Paper Mario accueille un épisode sur Wii U.

Il était une fois sur l'île Barbouille.

Conçu par Intelligent Systems (Fire Emblem), Paper Mario : Color Spash vous entraîne sur l'île Barbouille où il se passe des événements inquiétants. Mario, Toad et la Princesse Peach  ont en effet reçu un Paper Toad décoloré sous forme de lettre. Il semblerait que les couleurs de l'île se fassent aspirer de toutes parts. On ne sera pas surpris que le méchant de l'histoire soit encore une fois Bowser. Fort heureusement, Mario pourra compter sur un nouvel allié, Penturion, un pot de peinture extrêmement bavard. Et pour cause, toutes ses Grandes Étoiles Peintes (six) ont disparues. Pour redonner à Port-Barbouille son lustre d'antan, il faudra donc les retrouver Après un épisode Wii qui était devenu un pur jeu de plate-formes, Paper Mario retrouve sa formule jeu de rôles pour un volet dans la lignée de l'épisode Stick Star (3DS). Tout comme les précédents opus, les personnages sont aussi plats qu’une feuille de papier. Le gameplay de Paper Mario : Color Splash se divise principalement en deux grandes parties, l'exploration et les combats. L'île Barbouille étant découpée en niveaux, il faudra explorer les environnements à la recherche d’objets cachés, d’étoiles peintes, de taches blanches à repeindre, de pièces d’or, de cartes de combat et ainsi de suite.  Les découvertes se font essentiellement avec le Marteau, utilisable de deux manières. La première (en pressant B) permet de détruire les éléments destructibles du décor et à extraire la peinture de divers objets se trouvant dans l’environnement. Car oui, une jauge de peinture est présente à l'écran, représentant les trois couleurs primaires (rouge, jaune, bleu). En pressant X, vous pourrez d'ailleurs peindre les éléments du décors où les couleurs sont absentes.  De quoi débloquer des mécanismes, redonner vie à des personnages ou à des objets. Sachant que, à l'instar d'un épisode de Super Mario classique, chaque niveau dispose d'un score de 100% à accomplir, il y aura de quoi faire.

Mario peut manipuler l’environnement à son avantage, pour s’ouvrir de nouveaux passages ou s’offrir de nouvelles possibilités en passant à volonté de la 2D à la 3D. Cette aptitude est on ne peut plus utile à travers le jeu et est même cruciale pour progresser. Des barrières apparemment infranchissables deviennent d’un seul coup aussi fine que du papier lorsqu’elles sont vues en 3D et notre héros peut alors les franchir sans peine alors que d’effrayants ennemis en 2D révèlent leurs points faibles en 3D. Mario est d'ailleurs seul durant l'aventure cette fois, il est vrai que le système de combat a été simplifié et que les cartes rappellent beaucoup les stickers de l'épisode 3DS. Il s'agit toujours d'affrontements au tour par tour qui demanderont de bons réflexes pour parer les coups ennemis et optimiser vos attaques. En cas de succès, vous pourrez par exemple sauter à multiples reprises sur la tête d’un ennemi, en appuyant de façon répétitive et dans le bon rythme sur la touche A. Même chose avec les attaques-marteaux.

Une charmante réalisation.

Comme à l'accoutumée, Paper Mario : Color Splash affiche un graphisme chatoyant, avec des environnements du plus bel effet, et un rendu très coloré. L'univers de papier et de carton a beaucoup de charme,  les éléments du décor prennent vie de façon crédible et il s'agit probablement l'un des plus beaux jeux commercialisés sur Wii U. Il faut noter que l'utilisation de cartes spéciales changent également l'apparence du lieu où vous évoluez, telle une invocation dans un Final Fantasy. Dans le cas présent, la carte Citron vous propulsera au milieu d'une cuisine et son jus acide éclaboussera les ennemis. Les thèmes musicaux reprennent quant à eux des standards de la série Mario, accompagné de nouveaux morceaux inédits. La jouabilité est plus évidente qu'auparavant, mais certains joueurs risquent d'être un peu désappointé face à la sélection des cartes de combat qui se fait sur l'écran du GamePad, ce qui tend à ralentir un peu le rythme de jeu, sachant qu'en plus il faudra peindre certaines cartes afin de pouvoir en exploiter tout leur potentiel. Pourtant les combats permettent d'accumuler de l'expérience qui augmentera la jauge de peinture.

Localisé en français, Paper Mario : Color Splash propose des dialogues plein d'humour et certains passages vraiment décalés. Une trentaine d'heures sera d'ailleurs nécessaire pour boucler l'aventure, davantage si vous souhaitez tout explorer. Car l'aventure dissimule des secrets, accessibles par un découpage de l'écran.  Dans certains passages, nous découvrirons des lignes pointillés qui peuvent être mises en évidence en pressant Y. Une fois la ligne de coupe apparu, il faudra l'aligner correctement à certaines formes du paysage afin de pouvoir passer au découpage dans l’écran du GamePad.  Avec le stylet, il sera juste nécessaire de suivre la ligne pointillée et déplacer Paper Mario jusqu'au drapeau afin de gagner accès à un endroit caché et parfois, une Grande Étoile peinte. Wii U oblige, il est bien sur également possible de jouer uniquement sur le GamePad via la fonctionnalité OffTV Play.

VERDICT

-

Paper Mario : Color Splash ne révolutionne pas la formule habituelle, mais présente quelques nouveautés bien senties et utilisant avec talent les capacités de la Wii U. Le mélange aventure/RPG fonctionne plutôt bien et garanti une progression fort divertissante, toujours agrémenté de l'humour si particulier de la série, ainsi que par une réalisation très élégante.

© 2006-2019 PlayAgain.be - Tous droits réservés