Wrong Turn
Plate-forme : Blu-Ray
Date de sortie : 29 Octobre 2021
Résumé | Test Complet
Editeur :
Développeur :
Genre :
film
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Redaction


6.5/10

Réalisé par Mike P. Nelson

Cela fait presque deux décennies que le scénariste Alan B. McElroy a livré le premier Détour Mortel, un slasher comiquement gore qui mélangeait les super-mutants de The Hills Have Eyes avec une touche de crasse de Cabin Fever. Bien que McElroy n'ait pas été impliqué dans les cinq suites de Wrong Turn, de plus en plus ridicules, son retour à l'écriture révèle ici un aperçu de ce que la série aurait pu être, sous la direction du réalisateur Mike P. Nelson, auteur d'un film d'action et d'horreur de catégorie B, The Domestics. Les reboots et les remakes, en particulier dans le genre de l'horreur, sont souvent malmenés, avec des parties égales de "cela va ruiner l'original" et "quel est le point ?" jeté autour du moment où la première bande-annonce tombe. Pourtant, c'est souvent le genre de l'horreur qui bénéficie le plus d'un rafraîchissement, en partie à cause de la surenchère d'effets spéciaux qui a fleuri dans les années 80, mais surtout parce que ces vieilles frayeurs sont souvent dépassées. Quand un remake ou un reboot est bien fait (The Fly, The Crazies, The Hills Have Eyes, Dawn of The Dead, Maniac, Suspiria), c'est une occasion fantastique de rappeler au public pourquoi ce carburant de cauchemar peut à la fois divertir, fasciner et nous donner la chair de poule. Quand c'est mal fait (Fright Night, The Thing, A Nightmare on Elm Street, Poltergeist, The Omen), l'horreur est forcée d'étouffer 90+ minutes de gémissements répétitifs. Wrong Turn se situe quelque part entre ces deux extrêmes, offrant plus d'une poignée de moments d'horreur mémorables tout en réussissant à compliquer à l'excès son scénario traditionnellement simple : un groupe d'étudiants séduisants et de jeunes adultes de banlieue partent en voyage dans les bois de Virginie occidentale et sont assassinés par une famille éclectique de cannibales surhumains spécialisés dans les déchets toxiques. C'est une formule fatiguée, mais fiable ; si vous descendez dans les Appalaches aujourd'hui, vous allez vous faire cannibaliser, comme le dit l'adage. Mais surtout, c'est le type de dynamique qui nous permet de sympathiser avec des protagonistes généralement terribles, équipés uniquement d'une armure de complot et de dialogues de qualité inférieure.

Dans cette dernière aventure hors des sentiers battus, nos habituels étudiants de l'université en carton sont remplacés par un groupe de milléniaux en mal de réussite, qui sont tous des gens généralement affreux et stupides, à la fois en tant qu'individus et en tant qu'amis. Dans les 15 premières minutes du film, on voit Jen Shaw (Charlotte Vega), la tête froide, son petit ami idéaliste Darius (Adain Bradley), Milla et Adam (Emma Dumont et Dylan McTee), un couple de drogués codépendants, et Luis et Gary (Adrian Favela et Vardaan Arora), un couple d'homosexuels, prêcher l'inclusion, diversité, de la compassion et de l'autonomie avant de plonger dans des commentaires xénophobes sur les péquenauds et d'utiliser cette même xénophobie pour justifier la perpétration et la dissimulation d'un meurtre 20 minutes plus tard. La situation s'aggrave et le sang coule à flots et les pièges sont gores, tandis que le développement et la cohérence des personnages se détériorent, jusqu'à ce que les membres survivants soient kidnappés par un groupe de monstres macabres portant des masques de crâne, connu sous le nom de la Fondation, et qu'on leur offre un répit dans leur attitude moralisatrice. La Fondation est, selon son chef Venable (Bill Sage), "des hommes et des femmes de toutes races et de toutes croyances... [qui] ont tout ce dont ils ont besoin... [où] tout le monde travaille, tout le monde contribue... pas de cancer, pas de pauvreté, pas de guerre, personne ne déteste l'autre parce qu'il a ce que l'autre n'a pas. Un seul corps, travaillant ensemble", ce qui est terriblement similaire à une pensée exprimée plus tôt par Darius à Jen, avant de se lancer sur le sentier. "Je veux construire une communauté où les gens sont appréciés pour leurs compétences et leur caractère. Pas pour leur compte en banque ou leur couleur de peau. Tout le monde travaille, tout le monde partage. Je donnerais n'importe quoi pour cela", dit Darius, ignorant que sa boussole morale n'est qu'un artifice destiné à renforcer la complexité du deuxième acte du film, inspiré de Midsommar. Plus tard, Venable (alias Ram Skull, l'hypocrite assassin de famille à la double-scie) revient sur sa philosophie des années 1850, en déclarant que "les gens viennent à la montagne pour chercher quelque chose. Quelque chose qui leur rappelle que la vie vaut la peine d'être vécue", alors qu'il possède une grotte remplie de captifs dont les orbites sont réduites en cendres et un flanc de montagne rempli de pièges dont John "Jigsaw" Kramer serait fier. Le seul personnage qui n'a pas la clarté éthique d'un baril de pétrole est le père de Jen, Scott (Matthew Modine), la voix de la raison et de la logique calme dans le film tout en étant la personnification d'un couteau suisse. Sa performance est la clé de voûte du film et, malgré ses 20 minutes à l'écran, il est de loin le personnage le plus cohérent et le plus divertissant du film.

Et c'est essentiellement ce qui empêche Wrong Turn d'être plus qu'un remake divertissant et semi-imprévisible. Ce groupe est tellement dépourvu de ressources et de connaissances qu'il est destiné à mourir, et tellement antipathique que l'on ne peut s'empêcher de soutenir les amateurs de cosplay Wendigo. On a l'impression que le film a commencé avec La Fondation et qu'il a travaillé à rebours, ajustant les actions, les motifs, la morale et le raisonnement des personnages uniquement pour soutenir et justifier le récit " oh combien nous avions tort " présenté au milieu du film. La véritable tragédie ici est que ce n'est pas vraiment nécessaire ; la Fondation n'est clairement pas quelqu'un de bien (voir la grotte susmentionnée remplie de captifs sculptés pour ressembler à un M. Potato Head abandonné), alors pourquoi perdre du temps à prétendre qu'elle l'est, et à faire de presque tous les autres personnages du film des êtres irrécupérables ? Cela ne fait que nuire à tout ce qu'il y a de bien dans ce film. Charlotte Vega s'investit pleinement dans son rôle et offre une performance envoûtante, à l'image de Florence Pugh dans Midsommar, tranquillement horrifiée et qui en dit plus d'un regard que ce que son texte lui permet. Bill Sage est absolument brillant, offrant la même performance magistrale et patiente que dans We Are What We Are et affichant une présence vraiment brutale et puissante. L'effrayant et immédiatement mémorable Tim de Zarn (Cabin in The Woods) tire une fois de plus le meilleur parti de son petit rôle, tandis qu'Adain Bradley, Dylan McTee, Emma Dumont et Daisy Head fournissent tous des performances incroyablement solides et remarquables. Indéniablement, Wrong Turn est visuellement époustouflant ; Les plans panoramiques sur les vastes montagnes et forêts rivalisent avec L'Enfer vert dans sa description de la désolation cachée et de l'enfer inéluctable, tandis que les effets sonores de chaque mort gore sont absolument magistraux dans leur exécution. Les os craquent, la chair se déchire, le bois se fend, et chaque bruit sourd et grésillement torturant est parfaitement placé, soutenu par une bande-son angoissante composée de synthétiseurs de basse profonde et de cordes distordues. Les 20 dernières minutes de Wrong Turn s'enfoncent dans un horizon événementiel appalachien, qui se conclut par une scène finale aussi agréable à revoir que les derniers instants d'Identity, et un moment glaçant de trois secondes de Valerie Jane Parker, à peine utilisée, qui restera gravé dans votre mémoire.

VERDICT

-

Wrong Turn met en vedette Charlotte Vega, Matthew Modine et Bill Sage dans un combat sociétal sanglant, brutal et primitif, prouvant au cours de ses 109 minutes qu'il y a encore de l'horreur dans une franchise familière et oubliée.  En fin de compte, la base de ce film (dans les deux sens du terme) est construite sur l'ambition, se paralysant avec la complexité alors qu'il aurait pu garder les choses simples et s'épanouir. Il emprunte subtilement et fréquemment aux films d'horreur des deux dernières décennies, ce qui semble approprié compte tenu de la nature de ce reboot, tout en évitant l'horreur implacable qu'il cherche souvent à reproduire.

© 2006-2022 PlayAgain.be - Tous droits réservés