Undercover : Une histoire vraie
Plate-forme : DVD
Date de sortie : 15 Mai 2019
Résumé | Test Complet
Editeur :
Développeur :
Genre :
film
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Redaction


7/10

Réalisé par Yann Demange.

La loi n'a jamais vraiment été respectée par la famille de Richard Wershe Jr. (Richie Merritt). Son père Richard Wershe Sr. (Matthew McConaughey) fait des choses malhonnêtes avec des armes, sa sœur Dawn (Bel Powley) est une toxicomane. Et lui aussi aura bientôt recours à la drogue, même si ce n'est pas entièrement volontaire. Le FBI le persuade plutôt de devenir un trafiquant de drogue, afin d'atteindre Johnny "Lil Man" Curry (Jonathan Majors) et sa bande. En fait, le jeune homme de 14 ans accepte après quelques hésitations initiales, mais trouve rapidement que ce petit revenu supplémentaire est un peu trop à son goût ...

D'une certaine façon, le retour impressionnant de Matthew McConaughey, célébré il y a quelques années et qui s'est terminé avec l'Oscar de Dallas Buyers Club, semble être passé depuis très longtemps. Depuis lors, le Texan a continué de travailler avec diligence, mais peu importe qu'il s'essaie à de supposés blockbusters fantastiques (The Dark Tower) ou des thématiques difficiles (The Sea of Trees), ça ne marche plus vraiment. Ni le grand public ni la critique ne s'intéressent à ce qu'il fait. Ce dernier point devrait maintenant être abordé à nouveau avec Undercover : Une histoire vraie (White Boy Rick). La volonté inconditionnelle de reconnaissance se fait sentir ici. Mais on peut aussi le voir quand McConaughey est mentionné en premier dans le casting. C'est compréhensible à cause de la popularité, mais c'est difficile de justifier le contenu, quand c'est son fils au cinéma qui est au centre de l'attention. D'un autre côté, cela s'inscrit aussi dans un film qui parle de négligence, de mépris, entre autres choses. Qui veut être quelque chose qu'il n'est pas. De plus, son personnage principal est si discret qu'on a presque envie de l'ignorer, avec ses vêtements incongrus et une légère croissance de barbe qui indique clairement que quelqu'un est plus un enfant qu'un adulte.

La partie la plus intéressante du drame est un portrait d'une époque et d'une ville : Detroit en 1984, ce qui signifie la disparition progressive de la métropole automobile autrefois en pleine effervescence. Le fait que le grand rêve de Richard Sr. soit de créer une chaîne de locations de vidéo souligne encore plus ce sentiment de désespoir. Ce serait presque drôle si ce n'était pas si déprimant. Et de toute façon, le réalisateur français Yann Demange ne laisse aucun doute dès le début que tout cela ne marchera pas, que rien ne peut arriver, que les envolées de fantaisie entre-temps doivent cesser. Parce que c'est ce qu'ils font toujours dans les films. C'est juste que le film raconte une histoire vraie. Et une telle histoire devrait offrir un peu plus. Mais c'est exactement ce que vous attendez en vain, White Boy Rick est visiblement soucieux de faire paraître le jeune protagoniste remarquable. C'est juste que ça ne réussit pas vraiment. Entre l'estime de soi en lente croissante et le désir d'une vie riche, y compris les grosse chaînes en or, il n'y a pas beaucoup de place pour une personnalité gagnante. C'est aussi tragique parce que Jr. est dépeint comme une victime vers la fin. C'est compréhensible, le développement prend des traits assez cyniques, néanmoins, c'est difficile à justifier. C'est même très étrange que White Boy Rick veuille faire la distinction entre les bons et les mauvais gangsters, ignorant complètement la souffrance que les trafiquants de drogue ont apportée avec eux. Il y a beaucoup de choses qui valent vraiment la peine d'être vues dans le film, les acteurs par exemple. Outre le portrait de McConaughey du père surmené, dont les rêves sont ridiculisés, c'est surtout Bel Powley (The Diary of a Teenage Girl), qui a des apparitions mémorables comme une épave toxicomane. Et si vous avez une préférence pour les drames sales avec un léger potentiel d'excitation, jetez y un coup d'œil, même si le suspense est plutôt limité.

VERDICT

-

Undercover nous présente un adolescent qui devient dealer sous la pression du FBI. Le drame, qui est basé sur une histoire vraie, est agréable grâce à la performance des acteurs, mais il s'avère en même temps irritant à cause de la tentative de dépeindre le jeune trafiquant de drogue comme une victime.

© 2006-2019 PlayAgain.be - Tous droits réservés